mardi 23 février 2010

New-Paris.

Laurie me demandait:
Est-ce que tu n'as pas peur que tes enfants soient plus americains que francais?

C'est vrai que techniquement, PiouPiou et P'titPiou sont Francais et Americains (ca me fait penser qu'il faut que je m'occupe de leurs certificats de nationnalite et de leurs passeports Francais, ASAP)
Pour l'instant, je dirais que culturellement, ils sont peut-etre plus Francais qu'Americain, notre influence sur etant encore plus importante que celle qu'ils recoivent en dehors de la maison.Sans meme aborder la question de combien de temps est ce que ca va durer, on peut simplement se demander s'ils le resteront?
Honnetement, je pense pas.
Sauf si on retourne en France, ou qu'on aille ailleurs (genre en Australie... Ha... C'te bonne blague!), ils vont tres vite devenir « Americains d'origine Francaise » (vous remarquerez que ca sonne mieux que Francais d'origine Magrebine, c'est fou, hein? Et puis curieusement ici, tres vite, la deuxieme partie sera vite oubliee, en en faisant simplement des « Americains » uniquement... Contrairement a ce qui se passe en France, ou les Marocains de 30eme generation sont toujours des arabes... C'est beau l'integration sociale?).
C'est comme ca.
Et franchement, ni voyez pas la moindre resignation, c’est juste l’analyse que je fais en me basant sur ce que vois autour de moi: TeenJ et SuperM sont nes ici, de parents Français, avec les grands-parents –Français- sur place et finalement, faut bien reconnaitre qu'ils sont plus Americians que Francais.
Et y'a pas photos. Plusieures raisons a ca. Dans le desordre : le temps passe ici, le temps pas passe en France, pas assez de vacances passees en France, pas d'etudes en France, pas d'experience professionnelle en France, pas reperes sur la societe Francaises autre que ceux donnes par ceux qui ont quitte la France (donc doublement biaises: en general c'est pas des reperes tres recents, et puis bonjour les "sources" s'ils ont quittes la France, c'est qu'ils s'y plaisaient pas, donc bon...), le passage par l’adolescence qui implique de vouloir rentrer dans le moule, les normes sociales tres tres fortes dans la societe Americaine…
Bref, tout ca, ca fait beaucoup.
Je vois pas comment on peut lutter contre ca. A mon avis, c'est pas possible. A moins de les mettre en situation d'immersion totale (genre une annee scolaire en France ou autre truc equivalent)... Mais la, j'ai aucun exemple reussi de ce genre de chose... Je ne fais donc que theoriser.
Maintenant, est ce que cela me gene?
Bof, pas vraiment.
Je me fous un peu de leur "identite nationale". La seule chose qui compte vraiment pour moi, c'est leur identite familiale: qu'ils puissent communiquer avec leur famille, en Francais avec ceux qui ne parlent que Francais, qu'ils connaissent l'histoire de la famille, ainsi que celles des differents pays dont cette famille est issue, qu'ils comprennent mes valeurs (je leur demande meme pas d'avoir les memes) et celles des autres, qu'ils raisonnent au dela de ce qu'on leur dit, qu'il n'y a pas de pensee unique, et que "temps qu'on l'a pas vu de ses yeux, c'est pas forcement vrai".

Si j'arrive a leur inculquer tout ca, je pense que j'aurais fait mon job correctement.

15 commentaires:

Arnaud H a dit…

Tu as mille fois raison. Ce qui compte, c'est d'élever des gamins bien équilibrés, honnêtes, heureux et prêts à affronter le monde qui les entoure. Le reste, leur identité, on s'en fout. S'ils sont plus américains que français, qu'est-ce que ça peut foutre ? Il y a plein d'Américains fantastiques et de Français cons, donc franchement, l'identité nationale, c'est bien secondaire.

Beaucoup de Français ratent ici leur intégration parce qu'ils ont un complexe de supériorité. Ils croient dès leur arrivée que leur nationalité, leur culture, leur héritage est meilleur que celui du pays où ils arrivent (à se demander ce qu'ils foutent ici). Ils dénigrent, ils ridiculisent, ils regardent de haut les valeurs et la culture américaines, persuadés que les leurs sont supérieures.

Je ne me fais pas de souci pour les Pious, ils sont dans de bonnes mains. Ce seront des Américains d'origine française (French Americans), ce qui veut dire qu'ils n'auront pas peur de sortir des sentiers battues, ET en plus ils sauront draguer.

Tim a dit…

Entièrement d'accord avec toi LePiou.

Je pense d'ailleurs que c'est une des plus belles choses rendues possibles avec internet, l'ouverture d'esprit au delà des frontières géographiques !

bv a dit…

les enfants ont une formidable faculté d'adaptation. pas toujours facile hein, les gens qui disent que ça prend un mois c'est bullshit, quelque soit leur âge (des enfants, pas des gens-qui-disent). mais il est vrai qu'ils s'adaptent, ça c'est sûr.
nos enfants ont bougé France vers Australie puis 5 ans plus tard retour case départ, en pleine adolescence et franchement, s'en sortent top bien. pourquoi? ben parce que le piou il a raison, ce qui compte c'est la famille. si les parents sont moteurs et consentants (dans le sens, positivent le mouvement), ça se passe mieux. si les enfants sentent que de bouger est un boulet pour le reste de la famille, z'auront plus de mal, c'est mathématique...
enfin la leçon du jour du bv: ce que j'ai réalisé après ces back-and-forwards à répétition à l'autre bout de la terre, est que, où que l'on aille, si la famille se tient bien les coudes, on peut être bien partout.
bon, tu me diras, pas essayé la Pologne ni Nazran en Ingouchie... mais bon.
en tous les cas les miens comme les ptits du piou j'imagine, sortent de là parfaitement bilingues et ça, c'est cadeau.

Clara a dit…

Decidement, j'aime bien cette série de billets inspirés des questions ... Entièrement d'accord avec toi, rien ne sert de lutter contre le courant quand il est si fort, ici notre junior n'a que bientot 4 ans, et nous avons fait ce même constat, mieux vaut accompagner, expliquer, profiter de ces différences que de vouloir lutter contre, de toutes façons il passe 7h par jour en mode "américain" contre 2 ou 3 avec nous... Mais je pense que de toutes façons, comme tous les enfants et adolescents, ils sauront prendre le meilleur de chacune des cultures en tout cas ce qui leur convient le mieux avec l'extraordinaire chance d'avoir intégré tres jeune qu'il n'y a pas qu'une seule façon de voir ou de faire, l'agglomérer et puiser dedans en fonction des besoins...

Anonyme a dit…

Tout a fait d'accord ! L'essentiel,selon moi, c'est qu'ils soient bien ds leurs pompes et que même en étant américain ils conservent, si ce n'est de l'attachement, tout du moins une certaine curiosité, une certaine affection vis-a-vis de la France.

joul

Anonyme a dit…

C'est bizarre, tous mes potes Americains (oui, j'en ai! Je suis un des rares!) se presentent comme Americains, et tres vite, voire immediatement, ajoutent leur origine. Ca m'a surpris, ainsi que d'autres Francais au debut, mais j'ai appris a admirer ce qui au depart me semblait un peu bizarre. "D'origine Francaise...quoi, quoi, quoi? tu me parles de tes arriere-grands-parents la! Toi, tu es Americain" pensais-je...l'assimilation a la francaise, quoi!
En France, les Marocains de 30ieme generation...ils sont francais. Ils ont francise leur nom. Ont ete absorbe dans le groupe (c'est un fait, aucun jugement de valeur). Le racisme rencontre par les marocain de 2eme et 3eme generations en France...ca, c'est pour un autre post! :)

E. a dit…

Les miens mais c'est sans doute parce qu'ils ont vecus dans plusieurs pays se revendiquent comme "Francais" mais curieusement n'envisagent pas de vivre en France...Et C. qui a bientot 14 ans m'a dit recemment que son reve c'etait d'etudier au Etats-Unis d'epouser un Francais mais de preference de l'etranger et de travailler au Mexique. Finalement je me faisais beaucoup de souci sur leur identite et elle a l'air bien dans sa peau de citoyenne du monde.

Fabulous Fabs a dit…

Je peux vous donner un autre son de cloche. Moi je suis née au Québec de parents français et j'ai toujours vécu/travaillé au Québec. Pour beaucoup donc, je suis une québécoise. Bien que le Québec ce ne soit pas les USA et que l'on ait ici une culture qui se rapproche un peu de celle de la France, nous restons tout de même des Nord-Américains qui parlons le français. Eh bien je vais vous dire, mes origines françaises, 46 ans plus tard, sont encore bien évidentes et j'y tiens et je les cultive parce que je le souhaite. Internet aide beaucoup à rester au courant de ce qui se fait en France, l'actualité, les blogs d'expat, les blogs en tout genre. Et pour beaucoup des gens avec qui je travaille, ceux qui me connaissent moins, je suis une française et pas une québécoise. Quand je leur dis que je suis née ici, ils sont très étonnés. Pour eux, je suis française. Voila!

LoicInSeattle a dit…

@arnaud

Le seul complexe de supériorité que j'ai face aux américains pour le moment, c'est qu'il me semble que nous (francais) sommes plus ouverts sur le monde, plus portés sur le voyage et la découverte d'autres cultures.

C'est peut-être pour ça que nous sommes expats, remarque bien.

Pour le reste, en 9 mois, j'ai eu le temps d'intégrer qu'il n'y avait pas de meilleur ou de mauvais, il y a juste du différent.

Tant qu'ils sont ouverts sur le monde...

Cela ne fait pas un pincement au coeur quand même? Pas les mêmes références littéraires et culturelles par exemple? (ca me gaverais que mon hypothétique gamin ne connaisse pas Hugo, Montherlant et Rostand).

A+

Séverine a dit…

Tu sais ça me fait penser à mes amis Portugais qui sont nés en France de parents nés au Portugal. Ils sont très fiers d'être Portugais et veulent vraiment connaître la culture d'un pays qu'ils ne connaissent que lors des vacances d'été finalement. J'espère que mes futurs gosses seront un peu comme ça dans le fond. Mais je sais très bien que s'ils grandissent aux USA, ils seront avant tout Américains. Ça ne me gênera pas non plus.

Le Piou a dit…

Loic: "C'est peut-être pour ça que nous sommes expats, remarque bien."
Bah oui.
Ca n'a rien a voir avecla nationalite.
Par exemple, t'es (a mon avis) forcement plus ouvert d'esprit sur pas mal de choses qu'un Lyonnais qu'est jamais sortis de sa banlieue... Mais pas forcement plus qu'un Americain qui s'est expatrie a Lyon...

NDR: oui, j'aurai pu faire avec Paris, mais on m'aurait traiter de Parigo...

Geraldine a dit…

Je suis d'accord avec ce que tu ecris, Le Piou. Et j'ai l'impression que la question de l'identité est plus facile à gérer quand les parents ne projettent pas de rentrer en France "un jour". Pour les parents, c'est du coup plus facile de se rendre a l'evidence, et d'accepter, que leurs gamins seront americains, et pour les enfants, c'est quand meme plus simple, et moins lourd a porter, d'etre d'origine francaise que francais, quand on grandit aux US.

C'est Raoul a dit…

Je recommanderais quand même de passer une année complète en France (super idée!). Pas trop tard. Ca leur changera pas grand chose au niveau de ce qu'ils seront. Mais ca fera une énorme différence sur ce qu'ils ne pourront plus être.
En 1 année, tu peux "rattraper" beaucoup. Pas tellement sur les références culturelles pointues. Mais ca peut aider a beaucoup mieux "se comprendre". Beaucoup de 2nde génération ont du mal a s'intégrer: plus que leurs parents souvent. Car c'était volontaire pour leurs parents. Les enfants grandis sur place sont un peu entre les 2. Sans trop etre capable de faire la part des choses des fois. Un bain complet en France d'1 année par exemple, ca peut aider beaucoup sur la compréhension des "valeurs" transmises et leur origine.

DG a dit…

Un jour, mes enfants qui ont déménagé tous les trois ans, nés en Bretagne, éduqués avec des enseignants à l'accent haut-alsacien puis provençal, et commencé une adolescence ch'ti m'ont demandé "ce qu'ils étaient".
Après avoir cherché des origines dans les nombreuses contrées familiales (Anjou, Paris, Oise, Touraine), dans les zones où nous avons vécu, dans notre région d'adoption (Saintonge) puis dans celles où ils pourraient vivre, nous avons exploré les valeurs familiales, les conceptions politiques, le sentiment de Nation et nous ne savons pas vraiment si nous avons répondu à leur question.
L'identité nationale existe-t-elle vraiment? Quel rapport entre le bonhomme qui considère qu'un Français doit porter une Raulesque pour réussir sa vie et Montaigne, entre BHL le non lecteur de Jean-Baptiste Botul et Max Aub qu'on traitait de boche dans la cour de récré, entre un Auvergnat du 93 et un Français de l'Intérieur vu par un Alsacien?
J'aime à donner à mes enfants mes propres notions d'une certaine culture française mais aussi ses repoussoirs, comme j'aime à leur parler d'Heinrich Böll, d'Italo Calvino, de Mehmet Yashin, de David Lodge, de Steven Millhauser... ça les gonfle mais il leur restera peut-être plus tard l'envie de ne pas rester sur des conceptions figées d'une société qui se serait vautrée dans une unanimité molle.
Je pense que tes enfants ont une chance fantastique de vivre dans une société différente de celle que leurs parents ont vécu avant de devenir de vieux schnocks (sans préjuger de la réalité bien sûr mais parfois le regard de l'ado en dit long sur le discours du Père qui raconte comment c'était au bon vieux temps de la TV en noir et blanc - les tiens sont encore jeunes, tu verras dans quelques années (dit le vieux con)) et d'apprendre qu'il existe autre chose ailleurs.

Bergère a dit…

C'est marrant cela me fait penser a des potes d'origine américaine et qui ont toujours /ou presque vécu en France. Ils se revendiquent américains mais ne pourraient vivre ailleurs qu'en France... Comme quoi! Ce qui compte c'est d'avoir des enfants bien dans leur peau qui deviendront des ados puis des adultes équilibrés et avec du caractere (vu les antécédents j'ai aucun doutes la dessus) qui leur permettra d'assumer les petites difficultés d'avoir plusieurs pays (mais bon US c'est toujours plus facile que l'iran ou le maroc comme tu le disais)... Et puis il y a rien de mieux pour brasser les cultures, échanger les idées et faire avancer la tolérance...