mardi 15 mars 2011

En face de chez nous...

Alors, juste hsitoire de rassurer les plus inquiets: le Japon, c'est PAS en face de chez nous.
C'est effectivement dans la bonne direction, mais y'a quand meme 9000km a Franchir avec des vents pas vraiment porteurs.
Ensuite, au niveau purement technique, avec les trucs qu'on lit en ce moment, ce qui est dit par les journalistes ou les politiques, y'a de quoi flipper un peu sachant que les premiers sont aussi competents que les seconds sur la question.
Alors, je suis peut-etre pas tellement plus competent en nucleaire civil, mais comme apparement il faut pas grand chose pour etre carrement capable d'eviter de dire des conneries, j'aime autant essayer de degonfler la bulle de stress que se cree en ce moment. meme si ce n'est qu'un tout petit peu.
Donc tres simplement: les 4 reacteurs de la centrale Japonaise sont a l'arret. Tous les 4.
Les systems de securite ont fonctionne: il n'y a plus de reactions nucleaires la-bas depuis le seisme.
Et une reaction nucleaire, c'est pas comme un feu de bois, ca repart pas tout seul une fois eteint.
Il ne peut donc pas y avoir d'explosion nucleaire de type Chernobyl qui balancerait des quantites gigantesques de readioactivite "persistente" (qui durerait longtmeps) dans l'atmosphere.
Les explosions qui ont lieu en ce moment sont purement chimiques et dues a l’accumulation d'hydrogene. Cet hydrogene est le resultat de l'utilisation d'eau salee pour tenter de refroidir les reacteurs eteints.
Les explosions ne resultent pas d'une perte de controle de la reaction nucleaire mais de la perte du systeme de refroidissement.
Le probleme actuel est donc que les reacteurs meme a l'arret sont trop chauds, comem le serait le moteur d'une voiture qui a rouler longtemps: le ventillo doit tourner un peu apres avoir eteint le moteur quand il fait chaud pour eviter que le moteur trinque).
Le probleme d'un reacteur nucleaire trop chaud, c'est qu'il peut fondre, ou comme les journalistes aiment le dire il peut entrer en fusion. Terme qui bien sur, fait penser a une reaction de fusion nucleaire, qui serait vraiment emmerdante car c'est incrontrolable, mais qui heureusement est simplement impossible a effectuer... (ca fait des dizaine d'annee qu'on essaie de la faire, quand meme... Et a part dans les bombes, ou il faut une reaction de fission pour l'amorcer, c'est impossible).  Mais bon c'est certainement plus accrocheur...
Maintenant, avoir un reacteur qui fond, c'est hyper emmerdant, car c'est encore plus diffcile a refroidir, c'est super emmerdant a nettoyer, et c'est carrement inutilisable pour la suite. C'est sur, on preferait eviter que ca arrive. Mais meme si ca arrive, ca le fera pas plus exploser ou le rendra plus dangeureux que s'il n'explose pas.
Dans tout les cas, la situation la-bas est certes tres preoccupente mais surtout pour les japonais, les Sud-Koreen, les Chinois et les Russes (non, pas les Nord-Koreens, eux, ils savent meme pas ce qui se passe...)
Mais pour nous, a part occuper, a raison, la une des journaux, ca nous concerne pas directement.
Pas la peine de vous inquieter pour nous. S'il vous plait.
Concentrez-vous plutot sur leur malheur, a eux, en aidant. S'il vous plait.

19 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis un lecteur régulier mais je poste rarement.
Je crois justement que tu te trompe vis à vis de la situation actuelle.

En effet il n'y pas eu d'explosion nucléaire à Tchernobyl mais seulement une explosion chimique qui a endommagé l'enceinte de confinement du réacteur. Le cœur du réacteur était en fusion, ainsi des particules radioactives étaient rejetées dans atmosphère.

La situation actuelle au japon est tout à fait semblable, ainsi pour diminuer les risques, les autorités doivent refroidir le cœur le plus rapidement possible.

A terme seul un sarcophage autour des réacteurs touchés devrait permettre de diminuer le rejet de particule radioactive dans l'atmosphère.

J'ai conscience que mon message n'est pas très rassurant, même si je pense que tu as raison sur le fait que les particules ne traverseront pas l'océan pacifique facilement.

De toute façon, nous ne somme plus en 1986, les autorités devraient réagir au mieux et dans les délais les plus brefs.

Le Piou a dit…

Euh non.
Il y a bien explosion nuclaire ("nuclear excursion")a Chernobyl. C'est ca qui a repandu drastiquement la radioactivite partout. Et de la radioactivite lourde qui plus est.
Le vrai probleme, est que dans le cas de Chernobyl, le reacteur n'a jamais ete completement eteint a cause d'une defaillance technique.
Dans le cas de chernobyl, la temperature a continue a augmenter de facon completement incontrole car les reactions nucleaires continuaient au moins partiellement, ce qui a declenche au final l'explosion nucleaire.
Les japonais non pas ce probleme. Sinon ca aurait explose, vraiement explose depuis longtemps...

Le Piou a dit…

P'tain ce qu'il faut pas mettre comme sujet pour faire poster les lecteurs qui postent rarement! ;-)

Le Piou a dit…

OK. L'origine nucleaire de l'explosion de Chernobyl, n'est qu'une des 3 theories possibles... (la plus probable selon moi... mais la effectivement je suis pas plus qualifie qu'un journaliste...) ;-)

Anonyme a dit…

La principale différence est surtout dans la conception des centrales et du système de refroidissement: graphite à Tchernobyl et eau au Japon. Ne pas oublier non plus que les centrales de l'ex-URSS ne sont rien de plus que des prototypes (ben oui, testées direct grandeur nature et sur plein de sites ...). Finalement plutôt pas mal. Bref, effectivement à Tchernobyl, le réacteur n'a jamais pu être coupé contrairement aux centrales nippones pour lesquels les systèmes de sécurité d'arrêt d'urgence ont tout à fait bien marché ... sauf que, les réactions atomiques continuent un petit bout de temps ... et donc continuent de produire de la chaleur. D'où la nécessité de refroidir. D'où la merde quand ta source d'eau est HS ...

Roberta

aelle a dit…

J'approuve ce message, moi aussi j'ai passe les 4 derniers jours a faire de la vulgarisation.

Quant aux niveaux de radiation, pour ceux qui ne font plus confiance aux politiques et aux medias, les universites font bien entendu des mesures independantes. Elles ont moins facilement acces aux medias que ...les medias, mais on devrait les voir emerger dans les jours a venir. Le Dr. Saito par exemple fait des mesures toutes les heures a Tokyo (http://ameblo.jp/drsaito/page-1.html)

Ensuite, on voit bien que le nucleaire fait peur, mais il ne faudrait pas perdre de vue que le gros de la catastrophe vient bien du tsunami qui a deja fait des milliers de morts. Faudrait pas perdre le sens des priorites.

Enfin je te rassure, en Coree tout va bien, hein, ni secousses ni inondations. Juste que la recolte de chou de cette annee a ete minable et que, oh horreur, malheur, on va devoir manger du Kimchi chinois. La situation est grave uniquement au Japon, et uniquement dans le Kanto (partie nord de l'ile de Honshu).

insideamerica a dit…

Moi ce qui m'inquiète, c'est qu'il faille s'en remettre aux explications d'Anderson Cooper, d'un Piou biologiste (no offense, mais bon) ou d'une "Anonyme" pour tenter de comprendre ce qui se passe, pendant que la "Tokyo Electric Power Co." fait black out sur l'info et que les "experts" de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique détournent le regard et sont en promenade à la recherche de radiations en Iran ou je ne sais où.

Après le Chili, la Nlle Zélande et le Japon, le prochain tremblement de terre autour du Pacifique sera sans doute par ici, et on a quelques belles centrales en Californie aussi. On est trop bête pour comprendre ou c'est si difficile à expliquer ? Y a un truc qui tourne pas rond.

aelle a dit…

Bah? Mon premier commentaire a ete mange?

InsideAmerica, la NHK, y compris NHK World, ne parlent que du tremblement de terre et ses consequences, le gouvernement Japonais donne des conferences de presse plusieurs fois par jour, les universites Japonaises commencent a diffuser des mesures independentes... Ca ne va pas aussi vite que Twitter, mais pour ces structures lourdes d'un autre siecle ca me semble pas si mal.

Pendant ce temps, le Tohoku compte environ 500,000 sans abris suite aux seismes et au tsunami, et il se met a neiger...

(A part ca la Coree va bien, merci. Nous aussi on regarde "en face".)

Thomas Pedoussaut a dit…

C'est legerement plus compliqué que le simple arret de moteur de voiture. Oui la reaction primaire (fission de l'Uranium) a été arretée immediatement apres le tremblement de terre. Mais il reste des by-products comme le cesium et l'iode, issues de cette premiere fission, qui continue a se briser et a génerer un quantité non négligeable de chaleur. Anne Lauvergeon d'AREVa a donné un chiffre de l'ordre de quelques MW. Wikilies donne une valeur de 6%. Et 6% d'un monstre de 760MW, c'est encore 50MW, de quoi alimenter une petite ville de 10.000 habitants.
C'est ces 50MW (par reacteur) qu'il faut dissiper (refroidir) pour contenir la situation. Heureusement la quantité de cesium/iode et leur demi-vie font que ca ne devrait pas durer trop longtemps.

Magali a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Magali a dit…

Salut,
je lis ton blog depuis longtemps et première fois que j'écris un commentaire :)
On vit à LA depuis plus d'une année maintenant et la Californie c'est bien quand on aime vivre dangereusement ! :p
Entre l'attente stressante du "Big one" qui peut arriver n'importe quand, entre les alertes au tsunami sur la côte après le tremblement de terre au Chili ou au Japon, et maintenant un nuage radioactif qui pourrait arriver sur nos côtes ! Manque plus qu'une chute de météorites et l'invasion par des extraterrestres (ah non ... ça existe déja : Battle LA ... )

Plus sérieusement, je suis triste pour ces japonais et je n'ose même pas imaginer mon état de panique si je me trouvais à Tokyo en ce moment même. Mais voir que tous les californiens se précipitent sur les pastilles d'iode et qu'elles sont quasiment partout "out of stock", au fond de moi ça me "titille" quand même et je me demande si je n'ai pas un pas un mouvement de retard. :S

Anonyme a dit…

http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?f=/c/a/2011/03/15/MN2E1IB6C9.DTL

Aie: voila que la presse dit que vous risquez rien... C'est pas inquiétant, ca?

Narayan a dit…

Soyons un peu raisonnables ... à 200 km du site, le débit est de 1 microSv/hr (mesure indépendante par les détecteurs du synchrotron de Tsukuba). A priori, la Californie n'est pas vraiment menacée ...

C est Raoul a dit…

Moi, je m'en fous, j'ai enterré du cassoulet partout!

Pis approchez pas le compteur gégenne de moi...

Kty a dit…

C est Raoul... tu nous dis ou.... pleaaaaase !

Anonyme a dit…

Bon, ben j'vois c'qui me reste a faire: acheter un fusil et demander aux voisins de gentiment me passer leur pilules d'iode et a Raoul de commencer a creuser. Je m'entraine a imiter les intonations de Clint Eastwood tout de suite.

C est raoul a dit…

Clint Eastwood rencontre La soupe aux choux...

"...talkin' to me mother fucker?"

"Praouuuuuuuuuuuu frouuuuuuuuuu"

le beauf' du Piou a dit…

Je suis plutôt d'accord avec ce qui est écrit dans le sujet principal. Je reviens juste sur ces points :
- le séisme a provoqué l'arrêt de l'exploitation mais il y a toujours des réactions nucléaires, intrinsèques, qui élèvent la température,
- le risque principal pour l'instant est bien une explosion suite à une surpression (vapeur d'eau et hydrogène) et non à une explosion nucléaire de puissance (qui a bien eu lieu à Tchernobyl),
- l'hydrogène produit n'est pas dû uniquement à l'hydrolyse de l'eau mais également aux gaines des combustibles qui se dégradent(et libèrent de l'hydrogène et du césium),
- un réacteur trop chaud peut bien fondre et entraîner une réaction nucléaire de puissance suite à la modification de la géométrie des combustibles,
- dans tous les cas une explosion (chimique ou de puissance) provoque la dispersion dans l'atmosphère de produits de fission très néfastes.

Le Piou a dit…

Ndr: mon Beauf' est ingenieur en Surete Nucleaire. Je precise, jsute histoire de remttre son commentaire dans le contexte.