lundi 10 janvier 2011

Papa a ski.

Lors de notre sejour de fin d'annee a Tahoe, j'ai realise un sacre truc: meme au ski, etre un Papa, ca change tout.
Et si je dis ca, c'est pas a cause des douleurs aux jambes apres 2 jours de ski (ca arrange pas les choses du cote de mon complexe de veillissure avancee) mais pass'que aller au ski avec des enfants, les siens qui plus est, ca n'a rien, mais alors RIEN a voir avec les virees entre potes aux Arc, a Tignes ou a Val Tho...
Et pourtant, ma premiere fois a ete plutot facile: Pioupiou, direct a l'ecole de ski. Et aux US, l'ecole de ski, c'est vraiment du tout compris: tu amenes le gosse habille, les mains dans ses poches et c'est marre: le matos, ils gerent, la 2eme couche de creme, ils gerent, la bouffe du midi et les encas pendant la journee, ils gerent aussi.
Sachant ca, on est parti avec le copain plutot peinard pour la premiere journee, c'est a dire avec une preparation minimaliste: sandwich au saucisson/cornichon (Ha y'a des trucs qui changent pas, meme avec 10000Km au-dessus de terres et mer), creme avant de partir, flasque remplie de Jack, iPhone, carte de credit... Tout ca dans le sac a dos et voila.
Le truc qui change d'entree, par contre, c'est le plan de vol.
Avec tes copains, ceux de ta jeunesse, tu preparais ta journee en general de cette facon: "OK, les gars, on est la. Alors le but c'est d'aller a l'autre bout du domaine, puis on revient par la, la, et par la aussi". En gros, tu choisissais tout simplement l'itineraire qui te permettait de faire le plus de descentes possibles avec une pause casse-croute sur un telesiege histoire de profiter a fond du manque d'affluence du creux de la journee...
Sauf qu'avec ton gosse a l'ecole de ski, la tentation est grande, tres grande d'aller faire ta pause casse-croute a regarder ton gamin faire ses premieres descentes sur les fesses a ski, avec les bras dans des positions toutes bizarres pour reussir son chasse-neige...
Alors du coup, comme tous ceux que tu nommais jadis les "blaireaux", les "papas"... He bin, tu rentres aussi a la station vers 1PM, histoire de voir ce que fait ton bonhomme.
Et une fois ton sandwich termine, tu retournes sur telesiege le plus proche, celui avec une queue de folie gonflee par l'heure de pointe "d'apres dejeuner" et tu repars pour quelques descentes, pass'que 3h30 ca arrive vite, et qu'il faut bien penser a rendre les skis AVANT d'aller chercher ton gosse*, pass'que dans l'autre sens c'est ingerable, tout simplement...

Et si tu te surprends a pester contre cette situation qui finalement t'empeche de skier jusqu'a la fermeture des pistes (chose que de toute facon, avec tes guiboles de trentenaire avance, tu aurais pas pu assumer physiquement), ne culpabilise pas trop, pass'que de toute facon, au moment ou tu vas recevoir le compte rendu des progres de ton bonhomme par le prof de ski, bin finalement, tu te diras que ca valait bien les 4-5 descentes que t'as pas pu faire...

Ils sont forts, ces sales gosses.

*: finalement, il est la, le vrai interet d'avoir son propre matos. C'est pas dans l'economie financiere qu'il reside: c'est dans le temps que tu gagnes a ne pas aller le chercher/rendre a chaque fois**...
**: C'est bon avec ca, comme explication, je peux?

6 commentaires:

Roberta a dit…

excellent, et tellement vrai !!! Et puis quand tu auras des jambes de (presque) cinquantenaire, tu enverras tes lardons en stage ski intensif et tu resteras chez toi à te dire que finalement le ski hein ...

Anonyme a dit…

Pour le **: Ouvre une cagnotte, peut-etre que les bonnes ames qui lisent le blog te les offriront...!
Sinon gagne au loto, je vois que ca!

Madame Piou

Helene et Franck a dit…

Enorme dis moi!!!
mais alors que dirais tu à une trentenaire avancée (enfin un peu) qui envisage de passer par la case mouflets?
...
Bah je suis bête: d'acheter des slis, voilà tout.

Céline a dit…

Bon, allez, j'ose le commentaire (le premier de mes premiers!!) parce que sans rire ce billet là il m'a fait pleurer (de rire hein).

On a pas encore les modèles réduits qui nous obligent à arrêter de skier à 3pm, mais on a déjà les guiboles qui nous disent que "bon, bah heu... c'est loin le temps où on se faisait du 9h-17h avec cuite le soir et c'est repartit le lendemain à 9h hein. Et puis si on se fait une raclette ce soir, on va ptete faire une grasse mat demain non?".
(Et ce même sur les petits domaines de Tahoe ou y a que 5 pistes :p).

Au passage, BONNE ANNEE !! à la famille Piou que nous suivons via le blog de pas si loin (south bay) ;)

mamypiou a dit…

He oui le rôle de parent, c'est un dur mêtier où tu en apprends tous les jours (Mamy/Papy c'est aussi et encore un nouveau job).
Bref, je crois que tu es normal, c'est plutôt un compliment, et merci pour ces touchantes impressions !
je note aussi la pertinence du commentaire de MmePiou, bien vu !

Le Piou a dit…

Les trentenaires sans gosses, vous etes vraiment des larves!
P'tain, mais qu'est ce que vous allez devenir avec des enfants? ;-)